you're reading...
BLOG, Events

La conférence “les effets du changement climatique sur les migrations et les conflits en Méditerranée”

Écrit par Philippe Perchoc,

GABRIEL, Mariya (EPP, BG)

GABRIEL, Mariya (EPP, BG)

La conférence “les effets du changement climatique sur les migrations et les conflits en Méditerranée” a été l’occasion de pointer du doigt quelques-uns des défis complexes et interdépendants qui attendent la grande région Méditerranée.

Mariya Gabriel, députée européenne, a ouvert l’événement en soulignant à quel point il était nécessaire de penser sur le long terme les relations entre les deux rives de la Méditerranée. En effet, le changement climatique aura des impacts structurels sur la région, à la fois en terme d’accès aux ressources, de migrations intra-nationales, mais aussi internationales. Madame Gabriel a souligné que “l’action extérieure de l’Union européenne doit anticiper davantage les sources d’instabilité et d’insécurité qui peuvent émerger autour du bassin méditerranéen ou dans le reste de l’Afrique, pour les prévenir et ne plus seulement réagir à des crises“.

Marie-Claire AOUN

Marie-Claire AOUN

Marie Claire Aoun, directrice du programme Energie à l’IFRI, partenaire de cet événement, a montré que la région méditerranéenne allait connaitre des problèmes de stress hydrique, d’élévation du niveau de la mer, de santé et d’accès à une alimentation de qualité, et ce quel que soit l’élévation de température entre 1,5 et 5 degrés Celsius. Dans ce contexte, Madame Aoun souligne qu’on pourrait considérer l’énergie avant tout comme un moteur du réchauffement climatique. En effet, la Méditerranée orientale et les pays du Golfe connaissent les taux d’émission de gaz à effet de serre par habitant les plus élevés du monde. Mais cela serait faire abstraction du fait que le secteur énergétique lui-même a besoin de s’adapter au réchauffement climatique. Le pic de demande énergétique est ainsi globalement passé de l’hiver à l’été dans la région, et la consommation ne cesse de croitre pour des raisons démographiques, mais aussi parce que l’extraction des ressources en eau dans un contexte de réchauffement climatique est très énergivore.

Pour faire face à ces défis, certains Etats comme l’Egypte se sont lancés dans de très ambitieuses politiques de développement des énergies renouvelables, à la fois pour palier l’augmentation de la consommation, mais aussi pour réduire la dépendance du pays. De plus, les Etats côtiers de la région doivent coopérer pour exploiter les importantes sources gazières découvertes au large en Méditerranée orientale. Le changement climatique appellera des politiques d’adaptation en termes de volumes et de modes de production, de renforcement des moyens de distribution et d’accès à l’énergie. De ce dernier dépend beaucoup la capacité à fournir la région en eau, en électricité et en climatisation.

Alice Baillat, chercheuse spécialiste des réfugiés climatiques à SciencesPo, est revenue sur les enjeux de définition de ce concept. Elle a rappelé que l’immense majorité des migrants arrivés en Europe depuis deux ans viennent de régions arides et que la question de la qualification de cette migration ne fait pas consensus. Pourtant, déjà en 2025, deux milliards cinq cent millions d’humains vivront dans des zones arides et cinquante millions seront affectés par la désertification. La raréfaction des ressources en eaux, notamment, poussera les acteurs étatiques et non-étatiques à des stratégies compétitives, comme c’est le cas aujourd’hui en Syrie où Dae’sh tente de monopoliser les régions baignées par l’Euphrate.

MEP PARGNEAUX Gilles (S&D, FR)

MEP PARGNEAUX Gilles (S&D, FR)

En conclusion, Gilles Pargneaux, député européen rapporteur pour la COP21, a insisté sur le fait “qu’entre 2008 et 2013, 166 millions de personnes ont été contraintes de quitter leur foyer à la suite d’inondations, de tempêtes, de tremblements de terre ou d’autres catastrophes” et que le réchauffement climatique risque d’aggraver ces phénomènes. Il a appelé l’UE à s’engager dans la transition énergétique de la Méditerranée et de l’Afrique, où existent déjà des projets ambitieux.

Cette conférence a permis pour le public et les participants d’explorer les relations complexes d’un sujet qui sera à l’agenda des années qui viennent, sous des formes diverses comme la migration ou l’instabilité politique. Elle a aussi été l’occasion de dessiner des pistes d’actions pour l’Europe face à ce contexte de crises potentielles.

 

Discussion

2 thoughts on “La conférence “les effets du changement climatique sur les migrations et les conflits en Méditerranée”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Pingback: La conférence “les effets du changement climatique sur les migrations et les conflits en Méditerranée” | Vatcompany.net - March 4, 2016

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

EU’s refugee crisis
EU Legislation in Progress
Topical Digests
EPRS Podcasts

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 2,296 other followers

RSS Link to Members’ Research Service

Disclaimer and Copyright statement

The content of all documents (and articles) contained in this blog is the sole responsibility of the author and any opinions expressed therein do not necessarily represent the official position of the European Parliament. It is addressed to the Members and staff of the EP for their parliamentary work. Reproduction and translation for non-commercial purposes are authorised, provided the source is acknowledged and the European Parliament is given prior notice and sent a copy. Copyright © European Union, 2014. All rights reserved

%d bloggers like this: